Manifestation des élus brévannais contre l’installation d’une prison ouverte
mars 27, 2018
Lettre ouverte aux bloqueurs sur les vraies raisons d’être inquiets pour l’avenir de l’université
avril 20, 2018

Lutte contre le terrorisme : hommage lors des questions au gouvernement

La France est en deuil 🇫🇷. A l’occasion des questions au gouvernement, j’ai rendu hommage aux victimes des attentats de Trèbes et Carcassonne ainsi qu’au courage hors du commun d’Arnaud Beltrame.

Le temps n’est pas celui des recettes faciles et des récupérations politiciennes déplacées.

Mais ce nouvel attentat interroge sur l’adaptation des moyens humains et technologiques de l’Etat pour maîtriser la menace terroriste. C’est l’un des objectifs de la Commission d’enquête du Sénat qui va poursuivre ses travaux pendant les prochaines semaines et à laquelle je participe.

Ma question au gouvernement

Une fois encore, la France est en deuil. Nous nous associons à l’hommage que vous avez rendu, Monsieur le président, aux victimes et aux forces de l’ordre. L’effondrement de l’État islamique au Levant pouvait faire croire que la menace s’éloignerait. Nous savons maintenant qu’il n’en est rien. Le Sénat a formé une commission d’enquête sur les moyens de la lutte contre le terrorisme. Elle rendra ses conclusions cet été. Depuis 2012, nous avons voté des lois, fait entrer l’état d’urgence dans le droit commun, renforcé les moyens budgétaires et humains de lutte contre la menace terroriste, réfléchi à une meilleure articulation entre la CNIL et les services de renseignement. Un parquet national antiterroriste devrait voir le jour, avec des services en région. Une meilleure coordination des services devrait être organisée. Mais avec la propagation du djihadisme en prison, le retour des combattants de Syrie et le développement endogène comme à Trèbes, si le risque zéro n’existe pas ; nous devons répondre à l’inquiétude légitime des Français. Quels enseignements tirez-vous de l’attentat de vendredi qui a montré qu’il y avait encore des lacunes dans le dispositif de l’État ?

La réponse de Gérard Collomb 

En début d’après-midi, je recevais l’épouse, les parents, les frères d’Arnaud Beltrame. C’était un moment d’intense émotion, mais aussi de grande dignité. Sa mère disait : « Je ne suis pas dans la haine, mais dans la fierté de ce qu’a accompli mon fils : donner sa vie pour sauver une autre vie. » Depuis que je suis ministre de l’intérieur, je sais que la menace existe : elle ne vient plus du front irakosyrien, mais de notre pays, où des individus se radicalisent sur Internet, parfois seuls, et passent à l’acte. Il faut donc, et nous le faisons, renforcer les moyens des services, être toujours plus présent ; mais on ne peut dire que l’on va éradiquer le mal. Nous sommes engagés dans un combat global contre l’idéologie d’un islam radical, d’un islamisme moyenâgeux qui s’oppose au reste de la société et qui frappe tous les pays occidentaux mais aussi musulmans. Nous devons unir nos forces et vaincre intellectuellement le fléau qu’est l’islamisme radical.

Laurent Lafon
Laurent Lafon
Sénateur du Val-de-Marne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *